Pour une gestion durable de l’eau dans le Beaujolais

15 février 2008

Notre 6 ième proposition est la création d’un syndicat intercommunal d’études pour une gestion durable de la ressource en eau potable. Ce syndicat regrouperait les 17 communes alimentées actuellement par les captages de Beauregard, et éventuellement les communes du Syndicat Centre Beaujolais. L’objectif du syndicat serait de choisir des captages d’eau potable définitifs, qui pourront toujours être utilisés dans des centaines d’années. Des protections efficaces des captages permettront de distribuer une eau non traitée de bonne qualité, et donc à un prix plus bas qu’actuellement.

Propositions d’implantations de captages

Publicités

Objectifs de qualité pour l’eau potable

14 février 2008

Notre 5 ième proposition est la création d’objectifs municipaux de qualité de l’eau potable. Notre objectif est l’absence totale de produits cancérigènes à toxicité sans seuil dans l’eau distribuée. L’objectif de qualité pour le tétrachloréthylène sera donc de zéro, ou concentration inférieure à 0,05 µg/l (seuil de détection des analyses de laboratoire). Notre proposition concerne l’ensemble des communes alimentées par l’eau polluée de Villefranche-sur-Saône : CAVIL, SIEOV et SIE de Jassans (département de l’Ain).

Distribuer une eau potable

12 janvier 2008

Notre quatrième proposition permet d’obtenir immédiatement une eau potable et de bonne qualité. Elle peut être mise en œuvre immédiatement en manipulant quelques vannes. Elle a un coût quasi nul. Elle permettra même de faire baisser le prix de l’eau du Syndicat Intercommunal des Eaux de l’Ouest de Villefranche.

Il suffit d’alimenter en eau le SIEOV uniquement par le champ captant de Port Rivière, et supprimer totalement l’alimentation en eau provenance de Villefranche-sur-Saône.

Dans le rapport annuel 2006 du SIEOV, il est indiqué qu’il existe une convention d’achat de l’eau de Port Rivière permanente jusqu’en 2023 et que cette ressource peut desservir la totalité du syndicat (sauf un hameau). Il n’y a donc aucun problème technique à l’application de cette proposition.

Le seul problème est éventuellement (à vérifier) la quantité d’eau que peut produire le champ captant de Port Rivière. Nous proposons donc que la commune d’Arnas (membre de la CAVIL et d’où viennent les pollutions aux solvants chlorés) soit alimentée par l’eau de Villefranche.

Traiter l’eau pour enlever les polluants

6 janvier 2008

Notre troisième proposition est le traitement provisoire de l’eau distribuée pour la rendre potable : Charbons actifs et aération pour les solvants. L’installation de traitement doit être provisoire en attendant une solution définitive.

Revenir à la situation de 2004

5 janvier 2008

Notre deuxième proposition sur l’eau dite « potable » est le retour immédiat à l’alimentation en eau du SIEOV de début 2004. Cette mesure est légale. Elle a un coût quasi nul. Il suffit de modifier l’ouverture de quelques vannes. Elle peut être mise en oeuvre dès le lundi 8 janvier 2007.

Début 2004, de l’eau de relativement bonne qualité alimentait la moitié du SIEOV. Fin 2004, le SIEOV a modifié l’alimentation en eau pour l’eau complément polluée des captages de Villefranche-sur-Saône.

De l’eau en bouteille dans les écoles

5 janvier 2008

 Première proposition sur l’eau

  • Donner de l’eau en bouteille dans les écoles du SIEOV, donc une eau sans pesticides, sans solvants chlorés et sans le chlore et ses dérivés cancérigènes.
  • Cette mesure est simple, peu couteuse pour les communes, et très bénéfique pour la santé de nos enfants. Elle est légale, aucune loi ne l’interdit. Nous demandons de nouveau son application dès la rentrée scolaire, le 8 janvier 2007, dans toutes les communes du Syndicat Intercommunal des Eaux de l’Ouest de Villefranche et de la CAVIL.
  • En profiter pour faire de l’éducation à l’environnement. Leur dire que l’eau du robinet est polluée depuis des dizaines d’années par :
    • Des produits industriels appelés solvants chlorés, qui peuvent donner des cancers si on boit ou utilise l’eau pendant plusieurs années. Il ne faut bien sûr pas boire l’eau du robinet et rester le moins longtemps possible sous la douche. L’accumulation des solvants dans la cabine de douche entraine des risques de cancer par inhalation.
    • Des pesticides, provenant principalement dans la culture de la vigne dans la vallée du Nizerand (communes de Denicé et Rivolet).
    • Des dizaines d’autres polluants toxiques, mais jamais aucune analyse n’est faite, donc ils n’existent pas officiellement.
  • Les enfants auront alors des questions intelligentes, qu’aucun adulte n’ose poser, et bien sûr répondre.
    • Si l’eau n’est pas bonne, qu’a-t on fait ? Il faudra dire la vérité : RIEN d’efficace depuis 20 ans que les pollutions sont connues. Les adultes font l’autruche, ils disent simplement que l’eau est potable.
    • Pourquoi les pollueurs ne sont pas recherchés et les pollutions arrêtées? Même réponse.
  • Il faut bien sûr respecter la liberté de chacun. Les parents, qui préfèrent que leurs enfants boivent l’eau du robinet, doivent être entendus. Actuellement, on impose à tous les enfants de boire une eau polluée par des solvants chlorés et des pesticides, et des parents ne sont pas d’accord. Nous demandons la liberté de refuser une eau polluée par nos enfants.

Nos propositions (SIEOV et CCBNM)

16 décembre 2007
  •  Information immédiate sur la mauvaise qualité de l’eau afin de protéger notre santé.
  • Programme de rétablissement de la potabilité de l’eau distribuée (traitement immédiat et provisoire pour enlever les polluants, protection des captages).
  • Politique pour faire baisser le prix de l’eau sur le long terme (aujourd’hui tout est fait pour que le prix de l’eau augmente fortement dans l’avenir). Etude pour la gestion en régie. Suppression totale de l’abonnement. Nouveaux captages d’eau potable correctement protégés. Diminution des fuites (les 45 % de fuites actuelles sont inacceptables).
  • Programme d’assainissement conforme à nos intérêts, à l’environnement et aux générations futures.
  • Surveillance de la qualité de l’air (pesticides des vignes) près des écoles et des habitations.
  • Projets de développement durable : énergie solaire, piscine écologique…
  • Urbanisme : arrêt des constructions en zone inondable et dangereuse (actuellement sur les communes de Cogny, Denicé et Lacenas, on assiste à une augmentation de ces constructions dangereuses, même une crèche).     

Un assainissement durable

25 novembre 2007

Le second problème est la politique d’assainissement le CCBNM, avec des projets contraires à l’intérêt des habitants et à l’intérêt général.

Nous proposons l’arrêt des projets actuels, et une nouvelle politique d’assainissement conforme aux intérêts des usagers.

Pour une eau potable

25 novembre 2007

Le principal problème est la pollution de l’eau du robinet (SIEOV et CAVIL). L’eau distribuée est dangereuse pour notre santé à long terme, elle est donc non potable.  Cependant il n’y a aucun risque à court terme à consommer l’eau.

Noms des communues ayant une eau dite potable polluée : Villefranche-sur-Saône, Gleizé, Limas, Liergues, Jarnioux, Ville-sur-Jarnioux, Pouilly-le-Monial, Cogny, Denicé, Lacenas, Rivolet, Jassans-Riottier, Beauregard, Frans…

Nous proposons donc le rétablissement de la potabilité de l’eau, en modifiant les ressources et le traitement de l’eau.

Bonjour

25 novembre 2007

Bienvenue sur le site Avenir Beaujolais

Notre objectif est un développement de la région du Beaujolais qui respecte notre santé et les générations futures. Nous invitons les élus locaux à soutenir et appliquer nos propositions.

Nous condamnons les politiques actuelles de la Communauté de Communes Beaujolais Nizerand Morgon (CCBNM) et du Syndicat Intercommunal des Eaux de l’Ouest de Villefranche (SIEOV) .